Football à l'Elysée : "virer Pépère !"





S'il faudra laisser aux Historiens du football le soin de faire l'analyse rigoureuse des saisons de François HOLLANDE au sein de la ligne d'attaque de l'équipe élyséenne, force est néanmoins de constater que le titulaire actuel du poste n'a plus une cote d'amour phénoménale à l'approche du mercato.

Les sondages étant ce qu'ils sont et les "socios" français parfois très contradictoires dans leurs envies, attendons quand même la fin de ce mercato printanier pour savoir s'il sera conservé ou pas au sein de la nouvelle équipe.


En tant que socio de cette équipe depuis bientôt 60 ans, je me réserve, le moment venu, le droit de contribuer au choix de l'attaquant mais il faut quand même bien reconnaitre que ces derniers temps : "Vas y Pépère" est de moins en moins scandé dans les virages nord et sud, qui en ont pourtant connu "des pas terribles" ces quarante dernières années.


Avec mon vieux copain Roger qui n'en peut plus de cette ligne d'attaque, nous faisions, ce matin, au café des sports, le bilan des réalisations de François dans le domaine de la balle aux pieds :


- Acheté par un agent concurrent, son numéro 10 attitré, le catalan Valls qui s'offre un vol privé de la Monarchie, pourtant déjà bien endettée, pour emmener sa "petit famille" voir le club de son coeur au Camp Nou.


- Un attaquant portugais, Eder le bien nommé, qui crucifie l'Equipe de France lors de la finale de l'Euro alors que notre "cher" (trop!) François s'apprêtait déjà à faire son "Chichi98".

Le pire de cette histoire est que le portugais en question joue au sein de l'équipe du L.O.S.C. dans la ville même de la bonne copine Martine qui avait, en son temps, élaboré une fable de La Fontaine, en nettement moins brillant, avec la grand-mère, le loup et le flou !


- Et pour clore, momentanément sans doute vues les maladresses du bonhomme, le bilan "footballistique", notre inénarrable attaquant a fait perdre à la Ligue de football française entre 100 et 150 millions d'euros en intervenant personnellement auprès de l'Emir du Qatar pour limiter une offre d'achat des droits du football potentiellement astronomique et éviter ainsi que Canal + ne perde la totalité de ces dits droits de retransmission face à la puissance financière sans limite de beIn Sports.

Cette dernière initiative, révélée dans ses "Mémoires de paix", crée chez les Présidents de clubs un consensus de critiques car ces fameuses sommes sont ensuite redistribuées en fonction d'une clef de répartition.

Vue la désertification en cours de ces stades surdimensionnés de Ligue 1, cette manne est l'objet de toutes les convoitises.


Force est vraiment de constater que Monsieur Pépère n'y arrive vraiment pas mais il faut bien reconnaitre aussi que son ancien camarade de jeu, le dénommé Mélenchon nous avait prévenu au moment de l'achat : "au football, il préfère de loin le pédalo!"










Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr