Football : les égouts débordent mais les services techniques sont en réunion !


Vendredi soir (2 décembre 2016), 12 titres de la presse internationale (60 journalistes, dont 3 à temps plein pour Mediapart) ont commencé à publier ce qui sera dorénavant appelé les " Football Leaks".

C'est le tout début d'une vaste opération de diffusion de la manière dont les milliards d'euros des revenus générés par le football-business (joueurs, coachs, agents...etc...) disparaissent régulièrement des radars du FISC pour se "planquer" dans des paradis fiscaux et/ou alimenter tous les types de trafics.


Plus de 18 millions de documents ont ainsi pu être traités grâce à un "lanceur d'alerte" initial, un dénommé John qui, pour l'instant, ne communique qu'avec Rafael Buschmann, journaliste de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

En vérité, rien de bien surprenant dans les premières annonces pour celles et ceux qui suivent régulièrement l'actualité de ce jeu qui a perdu, depuis bien longtemps, le sens de la mesure et l'éthique comme mode de gouvernance.


Mais rassurez-vous aussi, au-delà du feuilleton que vont bien évidemment organiser les médias en question au regard de la quantité d'informations ( 1900 gigaoctets de données) et d'un sens du business bien assimilé, nous risquons d'attendre très longtemps avant le début du commencement des sanctions, une fois, bien sûr, les faits juridiquement prouvés.

En effet, derrière les noms et les montages "fiscalo-mafieux" qui vont se déverser régulièrement via la presse internationale, se trouvent surtout cachés des experts de l'évasion fiscale et aussi des avocats expérimentés en procédures.


N'oublions pas non plus que le dernier révolutionnaire élu en France en 2012 avait inventé ce délicieux slogan de campagne : "mon ennemi, c'est la finance" ; moins de cinq après, la finance internationale se porte comme un charme quel que soit son domaine d'action et l'élu en question a déjà fait son "baluchon" pour rejoindre, sans doute, l'une de ses "ex" qui vient de tomber amoureuse de la dictature castriste : quel désastre !


N'attendons rien, non plus, des deux monstres institutionnels que sont l'U.E.F.A. et la F.I.F.A. qui, ces dernières années avec les scandales Platini et Blatter, ont montré que dans les loges "petits fours" des stades, c'est plus autour d'adresses d'antennes bancaires dans des paradis fiscaux que de 4X3X3 et/ou 4X2X3X1 que les débats faisaient rage.


Vive le football, vecteur d'éducation !










Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square