" Aucune médaille ne vaut la santé d'un enfant * "


La pédophilie est une perversion sexuelle particulièrement abjecte, condamnée par la loi, qui sévit dans de nombreux milieux que l'actualité met malheureusement régulièrement sur le devant de la scène (média, classe politique, éducation, spectacle, show-business...)

Le monde du sport ne saurait, bien sûr, être exempté par cette virginité identitaire trop souvent véhiculée à des fins de propagande.


La sordide affaire qui secoue actuellement le football anglais depuis qu'Andy Woodward, ancien joueur du modeste club de Crewe Alexandra (D3), s'est livré dans le Guardian, devrait inciter à une réflexion globale sur la Santé des adolescents enfermés dans les prismes du sport de compétition.

Si, en ce moment, 21 forces régionales de police sont mobilisées par des enquêtes qui concernent, pour l'instant, 155 suspects, 148 clubs et 429 victimes présumées, le football anglais ne saurait cependant être un bouc émissaire particulièrement utile pour s'éviter un examen de conscience national ; il y a quelques années, l'affaire Régis de Camaret avait d'ailleurs bousculé le tennis français.


Dans ce monde du sport et/ou de "l'éducation sportive", où des enfants et des adolescents sont confiés à des entraineurs (ses) et/ou des éducateurs (trices), la pédophilie est une des monstruosités les plus répugnantes mais, ne nous y trompons pas, d'autres maux tout aussi sordides et dramatiques sévissent dans les gymnases et les salles de sports.

Toutes ces "usines à champions" privées et/ou publiques, quels que soient les niveaux sécrètent à flots continus des pressions psychologiques, motrices et émotionnelles hostiles à un épanouissement personnel équilibré dans la durée.


"Aucune médaille ne vaut la santé d'un enfant", titrait Monsieur Jacques Personne dans un excellent ouvrage paru chez Denoël en 1987 mais les drames d'une partie d'une jeunesse livrée corps et âmes au business de l'exploit sportif et de celles et ceux qui en profitent sont régulièrement mis sous l'éteignoir car l'omerta sportive ne concerne pas seulement les détestables affaires de dopage.


Il y a sans doute urgence à organiser des états généraux de la pratique sportive compétitive, quelle que soit l'activité et le niveau de performance, même si le haut niveau exacerbe évidemment le phénomène. Cela éviterait sans doute de se retrouver un jour avec un scandale national où le chœur des Idiots utiles s'écrierait : "On ne savait pas !"



* Jacques Personne : " aucune médaille ne vaut la santé d'un enfant ", Paris, Denöel, 1987.





Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr