La COVID19 torpille le sport français "d'en-bas" !


Alors que nous venons de débuter un second confinement national, certes un peu moins contraignant que le premier, force est néanmoins de reconnaitre que les tensions au sein de la société française semblent s'amplifier et qu'il est malheureusement à craindre que la cocotte-minute ne finisse par exploser ; d'autant plus, que des attentats islamistes sur notre territoire renforcent des peurs et des fractures identitaires profondes et amplifient, de ce fait, l'ambiance déjà très anxiogène provoquée par le flou qui entoure cette COVID19.

Nous ne saurons jamais ce que d'autres Élites aux affaires de la République auraient fait de mieux ou de pire en pareilles circonstances mais sans faire porter, bien sûr, toute la responsabilité des tourments actuels de la société française, que cette COVID19 met en évidence, sur les hommes aux affaires depuis 2017, il est néanmoins légitime de reconnaitre, qu'en termes de communications et de cohérence d'actions depuis fin janvier 2020, nous sommes confrontés à d'innombrables lacunes.

Pour rester sur le plan des pratiques corporelles qui constituent le coeur de notre propos sur le blog depuis sa création en 2016, il n'est pas inutile de rappeler qu'au printemps dernier, l’interdiction d’accéder aux espaces "naturels" avait suscité de vifs débats et avait été vivement contestée, arguant, à juste titre à nos yeux, que la privation de Nature, au sens large du terme, pouvait avoir des conséquences néfastes sur le moral et la santé des Français et qu’une promenade solitaire, en plein air, ne risquait en aucun cas de propager le virus "chinois".

Avec ce second confinement, les mêmes restrictions s’imposent, sans plus de considérations des bénéfices pour la Santé apportés par des promenades dans les espaces verts.

Certes, les parcs, les forêts, les chemins de randonnées, les berges, les montagnes, les étangs et les plages ne seront pas interdits mais avec cette obligation de ne pas dépasser un rayon d'un km autour du domicile, qui sera véritablement concerné ?

Entre précipitation et improvisation, faute d'avoir anticipé sérieusement une seconde vague pourtant annoncée, il y a vraiment peu de logique et de cohérence à interdire la dispersion des individus dans les espaces naturels et à cautionner les concentrations humaines dans des lieux à forte densité que sont, entre autres, les salles de classes, les transports en commun, et/ou les hypermarchés pour ne prendre que quelques exemples caricaturaux du laisser-faire.

Même si tenir la tension entre gérer l'accueil des malades dans un hôpital public exsangue, fruit d'un demi-siècle de désengagement étatique et les besoins de l'économie française déjà profondément enkystée, n'est pas chose aisée, il ne semblait pourtant pas absurde et problématique de permettre un retour plus souple vers la nature, dont tous les spécialistes sérieux s'accordent à dire qu'il diminue les dépressions et les comportements d’addiction, tout en favorisant le renforcement du système immunitaire, clef de voûte de la lutte contre tous les virus. Pensées par des technocrates urbains hors-sol, ces restrictions restent incomprises par les élus locaux et les habitants qui n’en peuvent plus et souhaiteraient une approche plus territorialisée dans ce domaine, comme dans tant d'autres. Élément parmi de multiples pratiques corporelles dans le rapport à l'exercice physique, le sport français, stricto sensu, vit également des heures très sombres.

Il apparait, en effet, manifeste qu'il y a le sport-business professionnel qui a le droit d'organiser ses "compétitions-spectacles", sous perfusion des droits télé, quand ils sont versés, et le "sport amateur" qui doit quasiment fermer la boutique. Il est ainsi possible de regarder, avachi dans le canapé, une des nombreuses médiocres rencontres de Ligue1 de football-business mais les tours de la Coupe de France des divisions inférieures sont reportés. Le -BNP Paribas Masters- se déroule dans un Bercy désert, mais jouer un simple match de tennis dans le cadre d'un tournoi amateur sans aucun contact est strictement interdit. Il serait possible de multiplier les exemples délirants à l'infini.


Que les sportifs professionnels continuent d'exercer leur métier parait légitime mais il est difficilement compréhensible qu'aucune dérogation, hors banal jogging d'1heure, pour la pratique du sport dans le respect, bien sûr, des gestes barrières ne soit envisageable ! Bien plus, qui se soucie aujourd'hui des présidents de clubs et de leurs salariés qui font vivre tout un écosystème local ? Les fédérations pourront-elles encore subvenir à leurs besoins ?

La ministre déléguée aux Sports est étrangement absente et, même si ses bourdes récurrentes de communication sur, entre autres, le flou de la gestion présidentielle de la crise sanitaire, n'ont pas du créer un enthousiasme débordant "au Château", il faut bien reconnaitre que ses très rares interventions ne concernent que le sport professionnel.

Quand on les côtoie régulièrement, beaucoup de bénévoles et d'acteurs du quotidien se sentent abandonnés : les divers tournois - ceux qui "mettent du beurre dans les épinards" permettant, entre autres, d'acheter du matériel - sont annulés, les inscriptions plongent alors que tous les frais d'entretien s'accumulent. Autoriser la pratiquer du sport dans la limite du raisonnable et de la responsabilité de chacun pourrait faire passer plus facilement la pilule du second confinement ; mais doit-on encore s'étonner de cette situation dans un pays qui n'a pas de Culture sportive, laisse tous les élèves du primaire au secondaire avec des horaires minimalistes d'éducation physique et ne se passionne pour le sport, avec des accoutrements adéquats de supporters, que lorsque des représentants individuels et/ou collectifs du sport-spectacle se mettent sur le devant de la scène et décrochent des breloques inutiles.

Dans tous les domaines de la société française, la COVID19 exacerbe les dramatiques conséquences des réalités mises sous le tapis depuis des décennies, .... le "sport d'en bas" n'y échappe pas,...Malheureusement !

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr