Elections à la F.F. Rugby : ils ont ouvert "la boîte à gifles !"


Dans ce "petit" monde des fédérations sportives françaises, les élections à la présidence sont souvent des moments d'anthologie qui produisent un spectacle assez désopilant.

Depuis de nombreuses semaines, les prétendants à la présidence de la F.F. Rugby s'évertuent à rivaliser d'audace avec les acteurs de la F.F. Tennis, voire de la Ligue de football professionnel, pour finir l'année 2016 sur le podium du meilleur stand up "sportif".

Force est de reconnaitre que les dernières chamailleries politiques des primaires de la droite sont d'un ridicule à côté des amabilités que s'envoient nos trois gaillards de la balle ovale (Alain Doucet, Bernard Laporte et Pierre Camou).

Avec des talents d'orateur très différents, Alain Doucet et Bernard Laporte n'ont de cesse, à tort et/ou à raison, de laminer l'actuel titulaire du poste, le sémillant septuagénaire Pierre Camou, ainsi que tous ses proches collaborateurs : dictateurs, voleurs, incompétents, apparatchiks, banquiers..., j'en passe et des meilleures !


Mais "fallait quand même pas trop lui chatouiller le haricot" au vieux père Camou, pourtant plus habitué aux délicatesses du rugby de salon.

Il a dû aller s'agenouiller au stade du Moulias à Auch (rebaptisé Jacques Fouroux) pour écouter le "Petit Caporal" lui conseiller, depuis le Paradis des 1/2 de mêlée, de ressortir les vieux grognards du grand chelem de 1977.

"Et v'lan, passe moi l'éponge !", c'est l'ami Michel Palmié qui "s'y colle" dans L'Equipe du jour (vendredi 18 novembre 2016).


Pour le sexagénaire que je suis, c'est à la fois grâce au célèbre duo de commentateurs TV, Roger Couderc - Pierre Albaladéjo, mais surtout aux rencontres de l'ASSU animées au lycée Gambetta de Tourcoing par les valeureux "profs de gym" méridionaux mutés dans tout le Nord-Pas-de-Calais* par l'incurie de la gestion (déjà) des ressources humaines du Ministère de l'éducation nationale, que l'apprentissage du rugby s'est effectué (mauvais, sans doute, dans ces bourbiers qui servaient de terrain).

Et au royaume d'un rugby définitivement disparu, les yeux de ma génération n'oublieront jamais l'attelage international Michel Palmié (ASBéziers) - Jean-François Imbernon (USAPerpignan) en deuxième ligne. C'était "pas de la musique de chambre" : lent dans le mouvement au large, impulsif et vigoureux dans le "statique" et le "groupé-pénétrant" ; les britanniques en garderont toujours un souvenir très ému.


Au moins, les "choses" sont maintenant claires grâce à deux crochets en "pleine poire" de Michel ; je résume l'interview sans l'insupportable vidéo-surveillance qui sévit maintenant sur tous les terrains de rugby du XXI° :

- Doucet ? Ce n'est qu'un ancien "instit" détaché à la fédération, dépourvu de la moindre idée personnelle et novatrice qui, en plus, était défrayé et, malheureusement, continue de l'être, avec voiture de fonction, tout en étant aujourd'hui retraité....Paf !

- Laporte ? Ce n'est qu'un simple affairiste qui ne connait pas le rugby amateur, ne sort que des inepties et s'intéresse uniquement au pognon....Pif-Paf !

- Les deux réunis et leurs entourages ? Une belle bande de charlots qui ne vont quand même pas me donner des leçons de morale...Allez vestiaires pour tout le monde et rendez-vous au match retour ! Fallait pas réveiller les vieux soldats de Jacques Fouroux. Et vivent les valeurs du rugby !






* Je n'utiliserais jamais l'appellation "Les Hauts-de-France" qui est une vulgarité prétentieuse sans doute "pondue" par un cabinet de communication parisien.










Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr