Bonnet d'âne pour la Ligue de Football Professionnel (LFP) !

À ce jour, nous ne connaissons pas encore les véritables contours du projet de Jim Ratcliffe pour l'O.G.C.Nice, que le milliardaire britannique de 66 ans a racheté cet été.


Dans un contexte de football-business planétaire, tout à la fois hasardeux et obscène, sera-t-il un mécène plus ou moins présent, un entrepreneur exigeant qui ne lit que les comptes de résultats, ou un homme d'affaires susceptible de s'entourer de compétences sportives avérées pour trouver l'alchimie entre la légitime production d'un spectacle attendu sur la "French-Riviera", l'incertitude liée aux aléas des résultats et au faible nombre de compétitions à gagner, la nécessité d'être dans les codes du "fair-play" financier et, bien sûr, le besoin inhérent à toute entreprise de gagner de l'argent ? Simple "trading" de "joueurs-marchandises", valorisation de la formation, affirmation immédiatement "glamour" d'un changement de statut du club par l'achat régulier de "stars" de ce jeu... ? C'est avec intérêt que nous suivrons l'arrivée de cet actionnaire britannique dans une Ligue1 de football-business où les semaines d'ennuis se succèdent inexorablement.


Espérons, pour les spectateurs niçois et les amateurs de balle aux pieds, que Monsieur Ratcliffe ne s'inspire pas du projet de la famille Glazer à United, où l'absence d'épopées sportives depuis tant d'années ne nuit absolument pas, pour l'instant, à la réussite du business, bien au contraire.

Même si, à vrai dire, nous ignorons quelle est la viabilité financière d'une marque sportive historique sans aventure émotionnelle régulière ?


En revanche, en ces temps d'incertitudes pour les simples observateurs que nous sommes, il est une découverte que l'ami Jim va devoir appréhender : le Réel de la Ligue de Football Professionnel (L.F.P.).

En cette fin de semaine, la commission de discipline de la L.F.P. a ainsi condamné l’O.G.C.Nice à une amende de 2 000 euros avec sursis pour avoir autorisé les enfants qui accompagnaient les joueurs à porter des bonnets de père Noël lors de la rencontre face à Toulouse, le 21 décembre 2019.

En effet, le règlement interdit aux jeunes accompagnants de porter une tenue différente des joueurs, qui eux, n'avaient pas de bonnets !

Pas sûr que Monsieur Ratcliffe ait la moindre idée de ce que représente 2 000 euros...Peut-être, juste le pourboire de son chauffeur personnel après une dure journée de travail ?

Mais puisque le ridicule ne tue pas, selon l'adage, et, au regard de la fortune de ce businessman averti, je lui proposerais bien de poursuivre avec délectation et humour (britannique ?) ce genre de festivités à intervalles réguliers. Ce n'est quand même pas au Pays du carnaval que les idées doivent manquer et autant donner un peu de travail, entre deux repas bien arrosés, à ces austères membres de la commission de discipline...!










Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr