Orica-GreenEDGE, c'est de la dynamite !


Décidément, l'équipe cycliste Orica-GreenEDGE, c'est de la dynamite en ce début de saison ; il est vrai que, depuis 2012, le sponsor principal, Orica, de cette équipe créée par l'homme d'affaires australien Gerry Ryan, est spécialisé dans les explosifs et les produits chimiques pour l'industrie minière : cela ne s'invente pas !

Nous comprenons mieux pourquoi c'est la douce et mélodieuse musique d'ACDC qui berce les montages vidéos sur certaines courses dont le Tour de France.


"Ils" nous ont déjà produit, sans jeu de mots (maux ?), un improbable vainqueur de Paris-Roubaix, l'une des classiques les plus dures de la saison : M. Hayman, un jeune homme de 37 ans, seulement 5 victoires depuis ses débuts en 2000 chez les professionnels et strictement aucun podium dans les classiques flandriennes, victime, qui plus est, d'une fracture du radius droit lors du Nieuwsblad, 5 semaines avant la Pascale.

Une éclosion tardive, sans doute, et nous attendons avec impatience de nouveaux succès d'envergure dans des épreuves similaires pour vraiment nous rassurer sur ce talent émergent du cyclisme professionnel.

Mais chez Orica-GreenEDGE, "on" a du s'entrainer mieux et plus que tous les autres qui ne font strictement rien, c'est bien connu.


Et bien voilà, qu'"ils" nous présentent maintenant le "médecin malgré lui" : cet écervelé à oublier d'envoyer aux autorités compétentes l'AUT (l'autorisation d'usage thérapeutique) pour "couvrir" le jeune britannique Simon Yates, 23 ans, contrôlé positif sur Paris-Nice au terbutaline, un produit contre l'asthme. Que l'on se rassure, l'UCI qui gère le plus grand contingent d'asthmatique de la planète devrait se montrer clémente et Orica-GreenEDGE renverra sans doute cet étourdi incompétent comme simple généraliste en France, pays où les charges administratives sont quand même beaucoup plus légères depuis que Marisol a généralisé le tiers payant.

Comme j'ai toujours été sensible au développement harmonieux de la personne et qu'aucune médaille ne vaut la santé d'un jeune homme, je prodiguerai les conseils suivants, fruits de 40 ans d'écoute attentive de la médecine scolaire, à ce gigantesque peloton d'asthmatique que l'UCI n'accompagne par très sérieusement :


-Avoir toujours sa Ventoline avec soi.

-Être toujours à l'écoute de son corps et pratiquer à son propre rythme pour éviter l'essoufflement.

-Eviter les sports "asthmogènes" qui demandent des efforts de longue durée et à forte intensité. -Eviter tous les exercices à activité cardiaque trop intense qui pourraient créer une hyperventilation.

-Eviter de pratiquer dans certaines conditions environnementales (air pollué, saturé de pollen, par temps froid et sec et/ou surchargé d'humidité)


Si, après ces simples conseils, il est encore possible de gagner une course cycliste professionnelle...c'est qu'"on" nous a masqué quelque chose au pays d'Hippocrate !

Allez, Hollande nous l'a dit cette semaine : "ça va mieux !"


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr