F.F.Tennis 0-0 F.F.Rugby : spectacle insipide


Si l'univers fédéral du tennis nous offre depuis de longs mois un spectacle digne de Grand-Guignol (voir post n°41), force est aussi de reconnaitre que le monde du rugby, aux prétendues valeurs immaculées, rivalise d'entrain sur l'autel de la médiocrité.

Au-delà des qualificatifs peu affables que s'envoient chaque jour les différents candidats à la présidence de la Fédération (B. Laporte, A. Doucet, et le tenant actuel du poste P. Camou), c'est surtout le contexte qui est particulièrement déprimant. Certes, là comme ailleurs, en matière politique, grossièretés, vulgarités et coups bas camouflent très souvent l'absence d'idées et d'arguments mais pour des individus qui veulent nous vendre en permanence les valeurs éducatives du sport en général et de celui-ci en particulier, cela manque un peu d'exemplarité.


Rassurez-vous, mes chers (es) lecteurs (trices), je ne participe pas à ce vote et je n'ai strictement aucun lien familial et/ou financier avec les "opposants" au président sortant ; en revanche, ce qui m'effraie au plus haut point, c'est qu'il puisse y avoir une telle difficulté à se passer de P. Camou.

Au-delà du fait qu'il me semble que se présenter à une nouvelle mandature à l'âge de 71 ans, n'est pas un signe fort donné à la jeunesse du rugby français, c'est bien plus le contenu du "package" qui est inquiétant. En premier lieu, une énième lubie de construction d'un autre Grand Stade à Ris-Orangis : l'investissement de 581 M€, dont un emprunt à hauteur de 450 M€, en ferait l'arène sportive la plus chère de l'Histoire du sport français.

Présenté comme en enjeu stratégique pour l'avenir du rugby français, ce dossier est loin d'avoir "séduit" la Cour des comptes qui a produit un rapport assez accablant, mettant notamment l'accent sur des projections d'amortissements plus que douteuses et une mise en danger des finances de la fédération et des collectivités locales venues en soutien.


En second lieu, une gestion humaine qui, comme trop souvent en politique, maintient des hommes assez sulfureux en place ; c'est ainsi que le dénommé J-L Boujon, vice président actuel de la FFR, en charge du rugby à 7, patron du comité Ile-de-France (le plus important de l'hexagone en terme de licenciés) et allié de P. Camou dans cette reconquête du pouvoir, a été condamné à quinze mois de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende pour avoir détourné des subventions lorsqu'il était président......du sport scolaire (UNSS), le fameux étendard des valeurs du sport.

Qui plus est, ce "brave homme" déjà condamné, ne s'est pourtant pas privé d'une ballade touristique à Rio pour accompagner l'équipe de France de rugby à 7....sans doute à ses frais ?


Sans donner le moindre blanc seing aux "opposants", il est quand même assez incroyable, voire navrant, d'imaginer que ce Monsieur Camou reste en position de poursuivre son oeuvre dans le monde du rugby, sauf à considérer que des restes de "rugby-cassoulet" doivent encore trainer au fond des marmites pour gaver "à l'ancienne" les corps électoraux.


Vivent les valeurs du rugby !













Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr