Puis-je vous offrir un verre d'arimistane ?


Si vous avez des problèmes de diction et que vous devez absolument effectuer des exercices quotidiens, vous pouvez suivre le feuilleton sans fin du dopage sportif pour trouver des prétextes originaux et variés à l'articulation cohérente des syllabes.

Après le meldonium, voici donc venu l'arimistane.


Vulgaire vitamine C du quotidien pour notre ami Vladimir Poutine, l'affaire du meldonium s'est achevée dans un flou artistique assez rocambolesque au prétexte d'un décalage potentiel entre le moment où l' A.M.A. (Agence Mondiale Antidopage) interdisait officiellement la substance et l'incertitude scientifique concernant les délais d'absorption par l'organisme du produit ingéré en amont de l'interdiction.

Exceptée l'ex-icône du tennis féminin russe M. Sharapova qui écopa d'une suspension de 15 mois au lieu de 24, quasiment tous (tes) les autres athlètes concernés (ées) par des contrôles positifs à la substance ont été blanchis (ies).


Le petit monde de la préparation biologique internationale pensait être enfin peinard, "v’là-t’y pas" que l'A.M.A. interdit et recherche donc depuis le 1er janvier 2017 une nouvelle plante exotique : l'arimistane !

Quésaco ? Pour le professeur Audran, nouveau directeur du laboratoire anti-dopage de Châtenay-Malabry, c'est simple, évident et sans détour : "au départ, ce sont des produits pour le traitement du cancer du sein chez la femme, pour baisser le taux d'estrogène, et les sportifs hommes les prennent pour éviter les effets secondaires de la prise de stéroïdes anabolisants."* No comment !


Le problème, c'est que chez les sportifs (ves), c'est toujours beaucoup plus compliqué.

Sentant le vent de face revenir après un automne délicat, les autorités sportives russes, selon l'expression consacrée, ont anticipé le nouveau désastre en alertant, dans une délicieuse lettre ouverte vertueuse, les athlètes, les médecins et les entraineurs qu'il fallait absolument se méfier des boissons énergétiques et des compléments alimentaires susceptibles de contenir cette fameuse arimistane, sans que la notice explicative ne le mentionne.

Voilà donc une affaire rondement menée : anticiper avec un sens inné de la diplomatie la cascade de cas positifs à l'arimistane qui risque de déferler dans les mois qui viennent en invoquant, d'une part, les douces boissons énergétiques, ce qui devrait ravir au passage le pavillon des cancéreux, et en réactualisant, d'autre part, le fameux théorème de Virenque : "à l'insu de son plein gré !"

Bien évidemment, pour l'instant, seuls les russes et quelques pays "frères" s'inquiètent puisque le reste de la planète est toujours d'une blancheur immaculée comme chacun sait.

Espérons quand même que le K.G.B. qui doit déjà être en train, avec ses services de hackers de très haut niveau, d'organiser la riposte internationale, n'ait pas l'idée de trafiquer les fioles d'urine de notre Rober Marchand national juste pour faire suer "pépère Hollande" et ses éternelles leçons de morale !


* Michel AUDRAN, L'Equipe, 6 janvier 2017.


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr