"Made for sharing" ou quand Donald devient la mascotte de Paris 2024 !


N'étant pas citoyen américain et n'ayant jamais passé, à tort et/ou à raison, une seule journée de ma vie sur le territoire des états-unis d'Amérique, je me garderais bien de juger le vote démocratique du Peuple qui a conduit Monsieur Donald Trump à la Maison Blanche. Il serait d'ailleurs souhaitable que les élites, ou considérées comme telles, françaises cessent aussi de donner ces éternelles leçons de Morale au monde libre eu égard, entre autres, à l'état de profonde déliquescence de notre Monarchie républicaine à quelques mois de l'élection présidentielle.


Certes, je n'ai aucune sympathie particulière pour cet homme dont la vulgarité me dérange à ce niveau de responsabilité mais je n'en ai guère plus pour notre Don Juan local qui se permet de déambuler en scooter, le casque de travers, dans le secteur de l'Elysée pour aller rejoindre sa maitresse, joyeusement protégée avec l'argent du contribuable.



En revanche, s'il est un secteur qui se félicite aujourd'hui de la victoire de l'ami Donald, sans oser le montrer de manière trop ostentatoire, c'est bien toute la ribambelle des acteurs du complexe politico-médiatico-sportifs français qui soutiennent le projet de JO à Paris en 2024.


Arguant de bruits de couloirs qui laissent entendre que les décisions et les comportements de Monsieur Trump sont en profond décalage avec la fameuse et, pourtant, au combien fumeuse Charte olympique, Paris 2024 se met à rêver d'une éventuelle influence bénéfique de Donald sur le vote des membres du CIO le 13 septembre prochain à Lima.


Sans lire dans le mare de café péruvien, force est pourtant de reconnaitre que cette Charte n'a pas empêché le CIO d'envoyer des Jeux notamment en Chine (Pékin) et en Russie (Sotchi) qui étaient, et sont toujours d'ailleurs, des lieux bien moins démocratiques que l'Amérique "trumpienne"....sauf à avoir, bien sûr, une vision très idéologique de la question.

N'oublions jamais non plus que le CIO apprécie particulièrement les gouvernements autoritaires parce qu'il peut quasiment obtenir tout ce qui lui plait.


Pas de bol pour nous si cette tendance parisienne devait se confirmer.

Humbles contribuables, déjà sur le podium européen en matière de prélèvements obligatoires, nous ne pouvons que craindre l'addition finale lorsque ce sont des responsables politiques qui nous assurent que le budget n'a pas de raison de déraper.

Le mensonge étant devenu l'Art de gouverner le Peuple sous nos latitudes, il aurait vraiment été préférable d'envoyer cette joyeuse bande de sportifs professionnels s'encanailler à Budapest et/ou à Los Angeles, d'autant plus que cette dernière ville avait réussi l'exploit, jamais égalé, d'être une édition rentable.


Mais puisque le modus vivendi actuel est celui du consensus olympique à Paris, j'aimerais bien que les "influents" écologistes parisiens, toujours prompts à défendre la planète dans les abords du périphérique et de leurs (très) chers électeurs, prennent un peu de hauteur et parcourt ce petit ouvrage d'Albert Jacquard "Halte aux jeux" paru chez Stock en 2004 ; ils comprendront, dans les limites de leurs intérêts électoraux, bien sûr, que l'écologie humaine est occultée dans cette foire aux muscles professionnels et que c'est peut-être l'Humain qui, in fine, disparaitra avant la planète Terre qui en a vu d'Autres et, sans aucun doute, des meilleurs (es) !













Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Publique / / © 2016 Créé par  Super-Sub.fr